4.8/5

Le volume de recherche mensuel pour un mot clé : pertinent ?

Tous les articles, tous les consultants et tous les experts le disent et le répètent,  pour rédiger un texte optimisé, la technique « je bourre mon contenu de mots-clés et j’attends en croisant les doigts que Google repère mon site” est complètement révolue.

C’est même une méthode dangereuse : un texte exclusivement rédigé pour être SEO-friendly sera en effet repéré par Google … qui, au lieu de le mettre en avant, va au contraire le pénaliser pour suroptimisation !

Pourtant, une recherche efficace sur les volumes de recherche de votre cible est une stratégie gagnante … à condition d’être faite avec recul, et d’être croisée avec d’autres techniques.

Mesurer le volume de recherches, est-ce bien utile ?

Vous l’avez compris : Pour qu’un site soit reconnu par les moteurs de recherche, la tendance n’est plus à l’insertion “brutale” de mots clés  dans un texte.

Une stratégie de référencement cohérente prendra plutôt en compte la recherche de l’intention utilisateur. La constitution d’un vaste cocon sémantique structuré et efficace et mis en valeur dans un texte organisé et cohérent mettra également en relief votre statut d’expert et la qualité de votre contenu.

Une fois cette règle posée, on peut légitimement se poser la question suivante : est-il vraiment utile d’aller rechercher le volume de recherche sur des mots-clés, puisque (si on pousse la logique jusqu’au bout), ceux-ci ne servent plus à rien ?

Réponse : oui. Le volume de recherche sur les requêtes est même le nerf de la guerre.

En maîtrisant les mots-clés à insérer dans votre texte, vous donnez des indications précieuses à Google pour l’aider à vous référencer sur votre cœur de métier.

Vous êtes garagiste ? Il y a fort à parier que votre contenu traitera plus de bielles et de cylindres que de crème de beauté ou de mascara. Vous serez donc référencé sous les bons termes. CQFD. On obtient une information importante sur les attentes et les centres d’intérêt de notre cible.

On peut ainsi proposer du contenu à forte valeur ajoutée, qui va nécessairement intéresser vos lecteurs. Vous êtes gérant d’une école de tennis, et vous êtes persuadé que la requête “cours de tennis enfants Paris 5” est très volumique ? En quelques clics, vous allez peut-être vous apercevoir du contraire … dans ce cas, inutile de s’essouffler à produire du contenu sur cette requête, il vous faudra chercher d’autres thématiques qui, elles, intéresseront davantage votre cible.

En ayant une vision précise des requêtes qui mènent les internautes à votre site, vous pourrez mettre en place une stratégie SEO cohérente basée sur du trafic organique ciblé. Les recherches des utilisateurs nous guident pour savoir quelles sont les pages piliers qui demandent à être consolidées, quelle doit être l’architecture de notre site … en deux mots, le volume de recherches est une indication cruciale pour orienter tout notre audit SEO. 

Quels outils pour connaître le volume de recherche ?

Le marché propose des tools divers et variés pour connaître les requêtes de notre cible sur Google.

De plus en plus performants, les outils mesurant le volume de recherches sont absolument essentiels pour les consultants SEO, mais aussi pour toute personne cherchant à optimiser son site.

En voici trois parmi de nombreux autres :

Ubersuggest : le plus célèbre des tools sémantiques propose une version gratuite qui permet d’avoir accès à des informations précieuses (accès limité à 3 recherches par jour) : en quelques clics, vous connaîtrez bien sûr le volume de recherche sur des mots clés stratégiques, mais aussi la difficulté SEO sur certaines requêtes par exemple, ainsi que le coût par clic.

Uppersuggest accueil

Autre avantage : en communiquant le lien de vos concurrents, vous accéderez aux requêtes qui mènent vers leur site.

Une autre fonctionnalité gratuite très appréciable : la possibilité de réaliser un export avec des suggestions automatiques de mots-clés. De quoi construire un cocon sémantique optimisé.

La version payante d’Ubersuggest propose également des suggestions complémentaires de mots-clés, un suivi quotidien de votre position et des conseils personnalisés.

Google keyword planner : pour y accéder il vous faudra créer une annonce Google Ads.

Google Keywords Planner Front

L’outil vous donne le volume de recherche sur les mots clés que vous souhaitez ; mais surtout, il vous indique les mots-clés les plus pertinents en fonction de votre requête cible. Vous aurez également accès au volume de recherche pour chacun de ces mots-clés suggérés, et à de nombreuses informations précieuses pour optimiser votre contenu.

AHREFS : un de nos tools préférés à l’agence. Facile d’utilisation, intuitif, puissant et précis, AHREF donne des données précieuses et (à peu près) fiables.

Ahref Front page

Vous aurez accès au volume de recherches en France et à l’international, mais aussi à de nombreuses informations parallèles :

  • Niveau de difficulté des mots clés
  • Coût par clic
  • Nombre de clics par recherche
  • taux de retour

Des suggestions de mots clés bien organisées permettant de construire une sémantique structurée et rationnelle.

Les outils pour connaitre de volume de recherche sont-ils fiables ?

Vous avez créé un compte sur un outil et vous avez pris l’habitude de l’utiliser pour optimiser votre contenu ?

Excellente habitude … si vous respectez quelques précautions :

Il convient notamment de se méfier des imprécisions. Si tous les outils de mesure donnaient les mêmes résultats, particulièrement sur les volumes de recherche, avouons que cela serait bien pratique.

Or, ce n’est malheureusement pas si simple : selon les outils, les résultats peuvent considérablement varier.

Par exemple, pour la requête “rédacteur web”, les deux outils cités me fournissent les résultats suivants :

  • Selon AHREFS ; 1,7k recherche par mois
  • Selon Ubersuggest : 2,9k recherches par mois

Une sacrée différence … Et si l’on pousse l’essai avec un troisième outil, ranxplorer, on trouve encore un résultat différent : 1,3k recherches par mois.

Les explications de ce différentiel sont multiples :

  • Certains outils prennent en compte la casse (accents, majuscules), ce qui n’est pas le cas pour d’autres.
  • Certains tools donnent un volume de recherche international tandis que d’autres communiquent les résultats à l’intérieur des frontières.
  • Certains intègrent les expressions exactes (si vous demandez le volume de recherches pour “table jardin”, l’outil vous fournira également les résultats pour “table de jardin”), ce qui n’est pas le cas pour d’autres.

Un peu gênant pour se repérer …

Comment interpréter ces résultats sur un outil comme Google Keyword Planner ?

En comparant les volumes de mots-clés donnés par Google Keyword Planner et ceux remontés par la GSC (étude portant sur plus de 70 000 mots clés), on remarque que dans plus de 50% des cas, Google Keyword Planner surestime le volume associé à une recherche et dans 45 % des cas, l’outil se révèle à peu près juste.

Ce comportement est dû au fait que Google Keyword Planner donne un volume qui est la résultante du volume lié à un terme de recherche précis et aux volumes de recherche des mots proches du mot-clé principal, mais présentant des fautes d’orthographes et/ou de syntaxe.

Au total, c’est donc plus de 90% des volumes de recherches qui sont surestimées dans un outil tel que GKP.

Dans un sens, ce comportement est intéressant, car il tend à se rapprocher du vrai volume pour un mot-clé donné (en prenant en compte toutes ses variations), mais cela devient pénalisant quand l’outil associe des mots-clés qui n’ont rien à voir ensemble.

Mesurer le volume de recherche : ce qu’il faut retenir

Les outils de mesure de recherche de mots-clés sont de véritables armes de guerre lorsqu’ils sont efficacement utilisés. Mais il convient de les exploiter avec un minimum de recul.

Voici quelques conseils pour optimiser leur utilisation :

  • Ne pas se cantonner à un seul outil : nous avons tous notre outil de référence, notre “tool chouchou” avec lequel nous sommes plus à l’aise … Sortir de sa zone de confort et utiliser différentes sources peut s’avérer judicieux pour avoir une idée plus précise du volume de recherches sur certaines requêtes précises.
  • Surtout, ne pas utiliser d’outil de mesure de volume de recherches pour “parsemer” son texte de mots clés, mais l’utiliser pour élargir son champ lexical, trouver des sources d’inspiration sur des sujets donnés et approfondir le traitement de son sujet.
  • Avoir en tête que certains mots-clés sont sensibles à la saisonnalité et peuvent générer un important volume à un moment T puis beaucoup moins de requêtes le reste du temps (par exemple : « manteau pour le ski »)