4.4/5


Le
Knowledge Graph, c’est quoi ? Traduisible (même si c’est moche) par “graph de connaissances” cet outil qui sévit sur Google depuis mai 2012 n’est autre que l’encadré qui s’affiche à droite des SERP lorsque vous essayez de vous cultiver un peu grâce à votre moteur de recherches. En effet, il a tendance à s’afficher lorsque votre requête correspond au nom d’une personnalité, d’un lieu, d’une œuvre, d’une espèce animale, d’un événement historique, d’un fait scientifique etc.

Sur ces panneaux figurent diverses informations qui incitent à quitter la recherche après avoir eu satisfaction sans avoir cliqué sur les résultats organiques. Cette stratégie du moteur de recherches, pour plus d’efficacité, n’a-t-il pas des effets néfastes sur votre acquisition de visiteurs ? Comment composer avec cette fonctionnalité du géant de la Mountain View ?

Le Knowledge Graph : pourquoi ça existe ?

Le Knowledge Graph, au même titre que les rich snippets, sert à fournir les informations encyclopédiques de base, que l’on cherche à vérifier rapidement, généralement au cours d’une discussion qui a suscité un désaccord ou éveillé notre curiosité. 

https://youtu.be/mmQl6VGvX-c

L’ambition de Google est de vous fournir les connaissances dont vous avez réellement besoin, sans que vous ayez à réitérer la phase de requête ou à choisir un site où aller les puiser. Par exemple, si vous tapez “Jason Becker” dans la barre de recherche, vous obtenez sa date de naissance, son courant musical, et plein d’autres données. 

 

Knowledge Graph Exemple


En outre, le Knowledge Graph propose des images et des liens qui permettent d’approfondir le sujet. L’exemple de Jason Becker montre que vous avez accès à nombre de ses morceaux grâce aux
liens YouTube ou encore Spotify.

 

Graphe de connaissance exemple


Parfois vous obtenez même des
suggestions pour désambiguïser le terme de la recherche. En tapant le mot “Drive” en France par exemple (ci-dessus), vous tombez sur le service Cloud de Google (oh les petits malins !), mais le Knowledge Graph vous propose également un autre résultat tout en bas du panneau de connaissances, à savoir le film avec Ryan Gosling…

Comment fonctionne le Knowledge Graph ?

Le Knowledge Graph fonctionne généralement à partir de données issues de sources diverses, et notamment :

  • des extraits de Wikipedia, pour les définitions et les résumés ; 
  • Wikidata : une immense base de données appartenant à Google depuis 2010
  • des licences obtenues auprès d’autres organismes pour récupérer des informations en temps réel, comme des résultats sportifs ou la météo.

À ce titre, Google dispose de milliards d’informations factuelles sur les sujets les plus pointus comme sur les plus populaires. À cet égard, le graphe dépasserait les 5 milliards d’entités, avec des centaines de milliards de données à grappiller au gré de vos recherches. 

Une automatisation qui rencontre certaines limites

Il est déjà arrivé que le système automatisé de Google puise dans des sources mauvaises ou non-citées. Cela lui a valu d’être critiqué pour avoir laissé s’afficher des données inexactes ou obsolètes dans ses Knowledge Graphs. En effet, il arrive que ce soit les informations les plus faciles à obtenir qui alimentent le fameux panneau encyclopédique, et non les plus à jour.

Knowledge Graph signaler problème

C’est pourquoi il convient d’être prudent·e, surtout si votre société apparaît sur un Knowledge Graph, notamment sous la forme d’une fiche Google My Business. En cas d’erreur, il vous suffirait de cliquer sur le lien “Signaler un problème”, puis sur “Modifier le nom ou d’autres infos” (ci-dessus) avant de remplir le formulaire qui vous serait aussitôt soumis.

 

Knowledge Graph : quel impact en SEO ? 

Les sites Webs pourraient avoir tendance à s’inquiéter de la concurrence directe que peut représenter le Knowledge Graph. En effet, comme l’information est délivrée en nous épargnant un clic, on pourrait se dire que cela n’incite pas l’utilisateur à pousser plus avant ses investigations, et d’aller jusqu’à la page d’accueil des sites référencés.

On a effectivement constaté une diminution générale du taux de clic depuis l’apparition du Knowledge Graph (environ 2% entre 2014 et 2016 ; baisse qui s’est poursuivie par la suite). 

Un danger à relativiser

En vérité, rares sont les cas où vous vous faites intercepter votre trafic organique. En effet, de deux choses l’une : 

  • le Knowledge Graph sort sur des mot-clés déjà très concurrentiels et devient le cadet de vos soucis, comparé à la concurrence. Tandis que sur des recherches plus spécifiques, avec des mots-clés de longue traîne, le Knowledge Graph ne s’affiche plus ;

Google My Business Knowledge Graph Uplix

  • votre fiche GMB (voir ci-dessus mais également notre article complet sur Google My Business) apparaît lorsque le prospect cherche votre entreprise : il recherche donc d’ores et déjà le contact avec vous et le Knowledge Graph lui propose toutes les solutions disponibles (adresse, numéro de téléphone, URL du site web, etc.) ; 

Ainsi, la seule question à résoudre est la suivante : apparaissez-vous dans le Knowledge Graph de Google ?

 

Comment figurer dans le Knowledge Graph ?

Afin d’afficher votre carte de visite directement dans les SERP, il existe plusieurs façon de procéder : 

  • faire l’objet d’un article Wikipedia, ce qui est un peu le Graal de la notoriété ;
  • utiliser Google My Business et la Google Search Console ;
  • procéder à un balisage Schema.org, afin d’aider les bots à comprendre l’architecture et le fond de vos contenus, pour mieux les pousser en avant, même sur des requêtes dans lesquelles votre marque n’apparaît pas ;

Schema org balisage

  • être actif sur les canaux digitaux que vous avez choisis, comme les réseaux sociaux (LinkedIn, Facebook ou encore Instagram), ou les plateformes d’avis comme TrustPilot. L’idée est de compléter votre Knowledge Graph avec des avis et autres informations utiles pour les internautes ; 
  • proposer des contenus réguliers et de bonne qualité.

Le Knowledge Graph en bref : un atout pour gagner en autorité

Une carte de visite complète directement sur les SERP Google, voilà clairement l’enjeu du Knowledge Graph pour les entreprises. Comme on l’a vu, cette fonctionnalité du moteur de recherche est loin de représenter une véritable menace pour votre trafic organique.

Cela étant, mieux vaut vous l’approprier pour fournir à vos prospects toutes les indications qu’ils recherchent sur votre société, comme son siège social, la date de sa fondation ou encore ses prix et autres réalisations.